Le vignoble

La Ville de Pully, située à la lisière des terrasses de Lavaux - patrimoine mondial de l’Unesco – possède et cultive 3.5 hectares de vignes en appellation d’origine contrôlée Pully. 

Ce vignoble communal est complanté en cépages Chasselas, Chardonnay, Sylvaner, Sauvignon pour les blancs, et, Pinot Noir, Gamaret, Gamay, Diolinoir et Garanoir, pour les rouges. Les vignes communales sont géographiquement réparties sur deux sites privilégiés bénéficiant d’un ensoleillement optimum : en Pévret et en Rochettaz.

Plusieurs distinctions aux concours internationaux de dégustation ont été décernées aux vins de la Cave de Pully, ces dernières années, confirmant ainsi, à maintes reprises, le savoir faire des vignerons communaux dans la culture de la vigne et l’élevage d’un vin de belle qualité, dans le respect des traditions vinicoles.

 

Galerie vidéo

 

Saison viticole 2017

Un millésime solaire et une récolte de qualité exceptionnelle pourraient refléter l’année viticole 2017. En effet, se rapprochant des grandes années 2009 et 2015, nos vins annoncent plein de promesses.

Contrairement au canton du Valais et à la région du Vully, qui ont été dévastés par le gel du mois d’avril, la Ville de Pully a été épargnée. Toutefois, les attaques virulentes de guêpes, dues aux grandes chaleurs estivales et d’oiseaux, dues à la profusion d’insectes, ont fait quelques dégâts dans la vigne. Enfin, la visite de chevreuils affamés et appréciant le raisin du Clos de Rochettaz, ont généré plusieurs dizaines de kilos de perte de fruits.

Malgré tout, la vigne a peu souffert de maladies (mildiou, oïdium ou pourriture grise) permettant de diminuer les traitements phytosanitaires.

 

Galerie photo

 

Les vendanges, débutées précocement, se sont déroulées du 11 septembre au 21 septembre 2017 soit, 20 jours plus tôt que l’année passée.

Malgré la sécheresse du début d’été, les conditions de floraison ont été bonnes et les baies ont bien grossi pendant la maturation. Par contre, en raison des basses températures subies de mi-avril à mi-mai, la quantité de baies par grappe était faible, ce qui a influencé les rendements à la baisse. En conséquence, la récolte a été moins abondante qu’attendue.

Sur le plan sanitaire, celui-ci reste excellent et la présence de la mouche suzukii, sur les cépages tardifs, est restée limitée.

Globalement, les quantités de raisin récoltées devraient permettre de couvrir la demande.

Années viticoles antérieures. Lire